Faubourg du neant

Journée ordinaire qui commence douc’ment

Sous les réverbères faubourg du néant

L’a l’regard cerné par une nuit trop courte

Bière et télé hier c’était foot

Aujourd’hui l’turbin l’attend à huit heure

Comme tout les matins d’puis vingt ans d’ailleur

L’a pas trop choisi d’trimer à l’usine

C’était les jours gris ou noir de la mine

Journée ordinaire qui commence douc’ment

Sous les réverbères faubourg du néant

S’arretes chez J.F l’matin c’est p’tit noir

Avec les copains le soir c’est Ricard

L’a pas trop choisi d’finir alcoolique

Mais l’soir au bistrot c’est l’instant magique

Journée ordinaire qui commence douc’ment

Pour le prolétaire faubourg du néant

Ca va pas trop fort mais y r’prends l’fauboug

Y c’est pas encore qu’c'est l’point d’non retour…

 

Laisser un commentaire