Première sale journée

Les premiers trucs dont j’me souviens

Sont des fils noirs et bouclés

P’is des longs doigts sur une grosse main

Qui m’tire dessus, veut pas m’lacher

Les premiers sons d’la torture

Une femme qui crie, son mari film

« C’est mes vieux, Doc, t’es sur?

Passe moi ta lame que j’me suprime! »

La plutot l’air dang’reu ce con

‘Vec sa lame et ses ch’veux blancs

Y voudrais bien trancher l’cordon

D’un jet naturel; j’uis pisse dans les dents

J’arrive ici c’est pas l’bonheur

J’y suis pour rien j’viens d’arriver

J’ai pas dus arriver à l’heure

Y m’tape sur l’cul ça m’fais brailler

J’veus plaindre à Chépaqui

Lui dire qu’au bout d’cinq minutes de vie

Sous ses vieux néon jaunis, pourris

On m’a déjà torturé l’nombril

Foutu une claque, poussé des cris

J’étais dogué j’ai dégueuli

Première rencontre amoureuse

La déesse pleure, son mari film.

« Alors c’est toi ma porteuse

Ma déesse à tétines? »

Première rupture brutale

On m’arrache à ma déesse

Pour regarder par voie anale

La température d’mes fesses

C’est l’coupeur de cordon

Y m’en veus, y m’lache pas

Mais toi mon gros con

Un jour on s’reverra

Première expérience prisonnière

La j’me mets à gueuler

M’ont mis dans une cage en verre

Y’a pas moyen d’s'évader

J’veus plaindre à chépaqui

Lui dire qu’au bout d’une heure de vie

On m’a déjà meurtri

Ou enculer mais c’est mal poli

Foutu en cage poussé des cris

J’étais drogué j’ai dégueuli

Et ouais mon pote c’est sa ta vie

Et on dirais qu’c'est pas fini

Sinon j’espère qu’il vont m’renfouner

Car si j’cummule les sales journées

Après parait qu’tu d’viens grands

ET CA NAAANNNNN ! JAMAIS.

Laisser un commentaire